La recherche pour offrir au consommateur un produit sain, mais aussi salubre, sans résidus de produits phytosanitaires a d’abord poussé l’entreprise à s’inscrire à l’Ecole Biologique «Sol et santé» de Turin pendant 5 année et à l’affinement des techniques culturales caractérisant l’agriculture biologique. C’est l’expérience acquise pendant ces années, qui donne un précieux héritage quand, avec le développement des investissements, la superficie cultivée s’est agrandie et l’entreprise se transforme en Biologique-Intégrée.

La lutte biologique consiste, en détail, à conserver et à utiliser des insectes antagonistes existant dans le milieu naturel, avec le but de contrôler la densité des populations phytophages et de les garder dans des limites considérées au dessous du seuil économique de dommage.
9259473839_d0cf8c48c0_b
9259389781_c2dee0f6ba_b
8571733878_59ebce519c_b

La lutte Biologique-Intégrée est un système de contrôle des mauvais organismes, qui utilise tous les facteurs et les techniques de lutte disponibles, donnant la priorité aux facteurs naturels de limitation -parasites et prédateurs naturels- et aux seuils de dommage.

Il s’agit donc d’une méthode qui rationalise l’utilisation de toutes les ressources de prophylaxie, et vise à les optimiser pour sauvegarder les productions agricoles en respectant le système environnemental.

Lorenzini Naturamica compte des pratiques culturales comme...

  • Pollinisation avec les abeilles, mises dans des ruches aux bords de toutes les pièces de terre, refusant donc d’utiliser de produits chimiques.
  • Aide d’insectes et d’acariens prédateurs dans la défense antiparasitaire.
  • Des rotations culturales appropriées.
  • Absence d’utilisation de géo-pesticides pour combattre les insectes du terrain.
  • Utilisation de produits phytosanitaires pour la défense directe contre les parasites et contre les maladies fungiques seulement à franchissement du seuil de dommage pour la culture. Les produits les plus utilisés sont surtout de dérivation naturelle (soufre et cuivre, Bacillus thurigiensis (une bactérie présente dans le terrain), Extiazox, Pymetrozine, Azoxistrobin, utilisation de produits à base de savons naturels avec effet insecticide.
  • Utilisation de fumier et d’engrais naturels.
  • Utilisation d’eaux contrôlées venant de puits artésiens pour irriguer.
  • Utilisation de variétés de très bonnes qualités organoleptiques, greffées sur des variétés résistant aux maladies fongiques du terrain.
  • Fauchage périodique des mauvaises herbes aux bords des cultures, pour garder l’équilibre naturel et utilisation de toiles de paillis dans les espaces de cultures en lieu du désherbage chimique.
  • Contrôle assidu et périodique du repiquage à la récolte des plantes et enregistrement d’éventuelles anomalies pour pouvoir agir au niveau préventif, mais surtout visé et localisé.